Dans l’infinité des déserts

Samedi 6 novembre à 17h00 – au Café Littéraire

Un tiers de la surface terrestre est recouverte de désert. Sanctuaire, refuge, terre d’exil ou néant, ces lieux de l’extrême ont fasciné les hommes. Les mystiques et les aventuriers les ont exploré à la recherche d’une réponse. Les scientifiques en ont démontré la richesse et l’importance pour l’équilibre du monde.

De quoi le désert est-il le lieu dans l’histoire de l’homme ? C’est la question qui habite William Atkins à travers ses différents voyage dans les terres désertiques autour du monde. De la mer d’Aral au Nevada, du désert de Victoria à celui de Gobi, il nous invite à regarder le désert non comme un grand vide, mais comme un univers à nul autre pareil , riche d’histoires incroyables, de personnages mythiques ou communs, et de paysages spectaculaires.

William Atkins

© Johnny Ring

William Atkins est un éditeur et un journaliste anglais. Il écrit pour The Guardian et la revue Granta….
[en savoir plus]

Le livre

Si le désert est un lieu  où cacher les crimes des hommes, c’est également un abysse du fond duquel on peut jeter ceux qui nous inspirent honte, dégoût, ou crainte. J’avais profité de mon séjour en Australie pour lire des ouvrages sur l’annexion, dans les années 1750, des territoires situés au nord-ouest de la Chine par la dynastie Qing, pratiquement ininterrompue jusqu’en 1911, des dizaines de milliers de criminels et de dissidents furent expédiés sur ces terres annexées. La menace d’être banni et réduit en esclavage dans un endroit distant, inhospitalier et étranger pour celui qui avait grandi dans une région verdoyante du centre du pays avait quelque chose de dissuasif. Mais cette politique n’était pas seulement pénale : la Chine ne pouvait maintenir sa domination sur ce territoire-tampon vital qu’à travers une politique de colonisation et de redistribution des terres. La même stratégie fut adoptée par la Grande-Bretagne en Australie.

Dans l’infinité des déserts, voyage aux quatre coins du monde, William Atkins, éd° Albin Michel, 2021