Aux origines du Nature Writing

Dimanche 8 novembre à 13h

Sébastien Baudoin

J’ai la nostalgie d’une de ces vieilles routes sinueuses et inhabitées qui mènent hors des villes… une route qui conduise aux confins de la terre… où l’esprit est libre…” Henry-David Thoreau

Les origines du Nature Writing, ou littérature des Grands Espaces, sont souvent rattachées à Henry-David Thoreau et à l’écriture de Walden ou la vie dans les bois. Mais, l’expérience et l’écriture de la wilderness – espace sauvage américain – apparaît bien avant, déjà le récit de William Bartram, Voyages, dans lequel ce naturaliste américain raconte ses pérégrinations à travers les colonies du sud (Floride, Géorgie et Caroline du nord et du sud), qui sont alors des territoires vierges ou seuls les indiens, quelques colons et quelques trappeurs sont installés. Ce récit romantique et naturaliste a inspiré d’autres écrivains, français cette fois, Chateaubriand et Tocqueville, qui ont également décrit les splendeurs des grands espaces américains. Si aujourd’hui nous connaissons principalement des écrivains tels que Jim Harrison, Ed Abbey ou John Muir… Le Nature Writing a des racines anciennes que le docteur-ès-Lettre et professeur de lettres Sébastien Baudoin nous invite à découvrir dans son livre Aux origines du Nature Writing aux éditions Le Mot et le Reste.

Entretien avec Henri Landré