RITUELS DU MONDE

Vendredi 5 novembre à 20h30 – à l’amphithéâtre

Comment célèbre-t-on les événements marquant d’une vie, une naissance, une union, une mort ; où ceux qui marquent la vie d’une société comme les changements de saison, de par le monde ? A travers les documentaires Rituels du monde diffusés sur Arte, Anne-Sylvie Malbrancke explore ces moments particuliers qui rythment la vie d’un individu ou d’une communauté. En interrogeant celles et ceux qui pratiquent ces rituels, elle nous permet d’en comprendre le sens mais aussi, plus largement, d’entendre et d’apprendre de sociétés différentes.

Après la première saison de Rituels du Monde, Anne-Sylvie Malbrancke a souhaité raconter l’envers des tournages. Dans son livre, elle prend le temps de raconter les lieux, les voyages, mais surtout les rencontres. A travers ces récits, plus que le regard de l’anthropologue, il y a celui de la curieuse enthousiaste qui souhaite partager le plus de choses possibles sur celles et ceux qu’elle rencontre afin que la frontière culturelle se fissure.

Pour le festival, Anne-Sylvie présente trois rituels à travers le monde, ayant un lien particulier avec la nature.

Anne-Sylvie Malbrancke

© TSVP-ARTE

Après un Master de littérature comparée à l’École Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines de Lyon…
[en savoir plus]

Le livre

On frémit aussi en Occident à l’idée de tout changement, comme si les transformations faisaient déchoir les peuples d’un rang noble à un état souillé ; là aussi, on imagine que les choses pourraient rester à l’identique jusqu’à l’incursion de l’exogène, d’éléments venus du dehors qui pénètrent cette bulle de perfection pour en changer irrémédiablement l’essence. Or, si certains rituels s’accompagnent d’une liturgie codifiée par des textes sacrés, et dont le déroulement, les gestes, les paroles sont par conséquent relativement immuable, d’autres en revanche sont des pratiques labiles, qui n’ont de cesse de se modifier au cours de leur histoire. Ce rituel-ci est particulièrement sujet au changement : au cœur de cette danse du feu s’inscrit un principe mouvant par excellence, celui de la créativité personnelle, car les pas qui vous mènent autour puis au centre ne sont pas réglés, faisant de chaque danse un moment essentiellement unique.
Nous avons choisi la danse du feu précisément pour tout cela. Non par pour alimenter un désir d’exotisme ou pour figer tout un peuple dans une pratique qui aurait existé de tout temps ; non pas comme échappatoire à un monde hyperconnecté et urbanisé en mal de magie. Mais simplement parce que cette danse existe, et qu’elle a du sens.

Rituels du monde, carnet de tournage, Anne-Sylvie Malbrancke, éd° Dépaysage, 2020