AU GROENLAND, SOUVIENS TOI DE L’AVENIR

Samedi 6 novembre à 12h15 – à l’amphithéâtre

En 2019, la photographe Férial débarque sur le bateau Le Manguier, une résidence d’artistes prise dans les glaces du Groenland.

Elle n’est qu’à trois quart d’heure de marche du village inuit Akunnaaq mais ça ne l’empêche pas de se sentir au bout du monde. La glace donne ce sentiment d’infinie solitude pour le regard qui ne s’attarde pas, mais à force de patience et d’observation, la vie se découvre peu à peu même dans le désert figé de froid.

La photographe saisit au vol les moments de vie, apprivoise ce nouveau territoire et s’y fond. Ici rien n’est immobile, la glace se meut, le vent déplace la neige et le givre revient sous une autre forme. Les gens qui y vivent ne se cloîtrent pas, ils arpentent, chassent, pêchent, travaillent. La faune terrestre et marine s’ébat, marque son territoire, habite le ciel…

Peu à peu, c’est la fragilité de ce monde immense qui prend aux tripes. Les glaciers s’étiolent et bientôt tout un pan d’un écosystème peut disparaître sans crier gare. C’est cela aussi que raconte Férial, ce qui fond s’évapore ce n’est pas seulement de la glace, c’est tout un univers à l’équilibre ténu.

Férial

© Férial

Férial est une artiste plasticienne et photographe. Diplômée des Arts Décoratifs de Nice et de l’Ecole d’Art de Beaubourg…
[en savoir plus]

Le livre

“Dans les contes inuits, on raconte l’histoire des naissances d’animaux. Viennent ensuite celles des hommes. Quadrupèdes, hybrides, l’énergie de la vie est née de la pierre et de la mer, de la matière et de l’eau.
Les esprits de la terre et du ciel contrôlent tous les êtres vivants. Avant de craindre le réchauffement du temps, les anciens redoutent celui de la mère nourricière. On chuchote, on s’inquiète : la terre est en train de vieillir, se ride sous les limbes du soleil. Dans un temps plus ancien, les hommes considéraient qu’ils devaient se déplacer tous les deux ou trois ans afin de permettre à la terre de se refroidir et de se régénérer. Rester trop longtemps au même endroit la réchauffait, affectait la santé des peuples. Les espaces ouverts bénéficient des vertus régénératrices de la matière et accordent la communion avec les ancêtres.”

Au Groenland, souviens-toi de l’avenir, éd° Elytis, 2020